Pourquoi filmez-vous ?

Nous demandons aux réalisateurs de répondre à cette question simple et essentielle : « Pourquoi filmez-vous ? » Voici leurs réponses.

< afficher toutes les réponses

Pascal Mieszala a répondu :

Il faudrait tout d’abord répondre à la question : pourquoi racontez-vous des histoires ?…

Pour ma part, je viens d’une famille justement sans histoire. Des parents partis d’un pays gardé sous silence. Silence sur leur jeunesse, sur leur famille, sur eux-mêmes…
Raconter des histoires est une manière de crever ce silence.

Je ne savais pas qu’un jour, je ferais un film. Mais je devais déloger de ma tête des images qui s’y étaient trop durablement installées. Par la suite, d’autres images se sont immiscées ; d’autres émotions ont remonté à la surface.
À nouveau, je vais devoir m’en débarrasser !
Réaliser des films consiste peut-être à se décharger de nos images, les unes après les autres. Comme on se libère d’un fardeau pour arriver plus léger au bout de notre voyage, l’esprit un tant soit peu libéré…

Face à cet étrange désir de projeter des images mentales dans des salles obscures (*), je retournerais volontiers l’interrogation aux spectateurs : « Pourquoi regardez-vous les images des autres ?… »

Le débat est lancé…

* Il a souvent été fait le parallèle entre le spectacle cinématographique et l’allégorie de la caverne de Platon : des hommes immobilisés dans une demeure souterraine regardent leurs propres ombres projetées sur un mur grâce à un feu allumé derrière eux…

Pascal Mieszala, réalisateur de L'enfant borne. Consultez également notre dossier.

Films réalisés