Georges de la Tour

1997 / 35mm / 27' / France / Couleur

Un cinéaste interroge une œuvre : le regard subjectif d’Alain Cavalier sur la peinture de Georges de la Tour.

« Depuis longtemps je suis lié au peintre Georges de La Tour. Ses tableaux m’ont aidé dans la fabrication de mes films. Ils ont en plus, d’une façon précise, croisé ma vie personnelle. C’est bien de cela dont il est question dans le film que j’ai tourné sur La Tour : une émotion intime entraînant l’amour pour une oeuvre. [...] J’ai tourné ce film dans un studio cinématographique. J’ai utilisé des reproductions. Il est difficile de courir les musées du monde pour filmer chaque toile. En plus, et très justement afin de protéger les tableaux, les conditions de prises de vues sont sévères. C’est ma voix qui accompagne sur le vif l’enregistrement des images. Au montage, les plans ont été gardés dans l’ordre du tournage. Je voulais rester proche de l’évolution de mon sentiment pour La Tour. Cette façon impressionniste d’aborder un peintre est à peu près le même dont je me suis servi pour mes vingt-quatre portraits de femmes. Les tableaux de Georges de La Tour (il en reste trente) sont des images fixes douées d’un rayonnement et d’une densité rares dans l’histoire du travail de l’homme. Il se trouve que moi, cinéaste, avec mon mouvement de vingt-quatre images à la seconde, je suis un peu jaloux de cet achèvement-là. » (Alain Cavalier)

Production : Réunion des Musées Nationaux, Télérama

Date de diffusion :